Samedi 1er décembre 2018 de 14h 30 à 18h

Le 3ème Salon de l’Ingénu

Rencontres avec des écrivains.

 

Les 3èmes Rencontres de l’Ingénu *

 

Cette année, les 3èmes Rencontres de l’Ingénu *, le salon du livre de Beuzeville la Grenier, étaient exceptionnelles. A la place de 5 à 8 auteurs invités pendant les deux premières éditions de ce salon, plus de 25 auteurs avaient répondu présents à l’invitation du Bistr’aux Livres.

Naturellement, les locaux du Bistr’aux Livres, au rez-de-chaussée de l‘ancien presbytère, n’étaient pas suffisants pour accueillir autant d’invités.

C’est donc au Mille-Club que tout le monde attendait les visiteurs, espérés nombreux ce samedi après midi 1er décembre 2018.

On avait bien fait les choses ! Pascale Michonnet, Claire Racine, Laura Paillette et Myriam Julian étaient présentes au Mille-Club dès potron-minet. Aidés par de sympathiques bénévoles, Jacques Michonnet, Régis Le Duey et Philippe Henry, nous avons installé les tables, transporté les plantes prêtées pour l’occasion, fait des petits gâteaux, goûté le calva…Seul manquait un tapis rouge pour M. le Maire. Nous sommes certains qu’il nous a excusés…

Pendant ce temps là, Emmanuel Malandain, accompagné d’Alain Cozette, accrochait ses magnifiques photos sur les grilles d’exposition…

Nous pensions le Mille-Club trop grand pour le salon. Il était presque trop petit !…

A 14h 30, tout le monde était prêt pour accueillir les premiers visiteurs. Avec le détail qui tue : à la différence de la plupart des salons du livre, les tables étaient disposées dans un désordre étudié et recouvertes de nappes en papier de couleurs différentes. Une très bonne idée de Pascale !

Un coin café permettait aussi à tous de boire un café ou un thé entre amis. De temps à autre, Laura Paillette et Jean-François Rottier, l’un des auteurs présents, jouaient un petit air d’accordéon.

Vers 18h, tout le monde était content ! Les auteurs avaient rencontré les visiteurs, vendu des livres à leurs lecteurs, rencontré d’autres écrivains et toute l’équipe du Bistr’aux Livres.

Tous ont salué le caractère détendu, amical et chaleureux de ces 3èmes Rencontres de l’Ingénu. Ils ont promis de revenir s’ils sont invités à nouveau.

Cette année, nous avons accueilli Bruno Amato, Françoise Amiel-Hébert Dany Boutigny, Denis Brillet, Catherine Cahard, Rachid Chebli, Aurélia Col, Jean-Paul Croizé, Daniel Craquelin, Séverine Dalla, Hervé Darques, Jean-Mary Dehondt, Daniel Devaux, Christine Lebel, Bernard Loesel, Anne-Gaëlle Mallet, Odile Marteau-Guernion, Gérard Masselin, Marie Murski, Gérard Régnier, Robert-Vincent, Jean-François Rottier, Murielle Rousselin-Vaudor, Marguerite Soudey, Fred Thelmo, Régine Thieulent-Torréton. Tous des auteurs Normands. Leurs ouvrages sont disponibles en librairie, par Internet, et au Bistr’aux Livres.

Rappelons, car la question a été posée, que l’activité du Bistr’aux Livres, dont les Rencontres de l’Ingénu et les soirées à thème, sont organisées sans aucune subvention communale. Le financement des besoins est assuré par Pascale, la petite équipe de bénévoles, et par les dons spontanés des visiteurs. Un grand merci à toutes et à tous. Merci aussi à la municipalité qui met, comme elle le fait pour toutes les associations de la commune, des locaux à la disposition du Bistr’aux Livres.

Avec des moyens plus que réduits, les Rencontres de l’Ingénu * constituent à ce jour le premier et le seul salon littéraire dans le périmètre de la Communauté d’agglomération Caux Vallée de Seine.

Rendez-vous l’année prochaine, pour les 4èmes Rencontres de l’Ingénu *.

Le Bistr’aux Livres est ouvert à tous, grands et petits, de 1 à 111 ans. Il est maintenant accessible aux personnes à mobilité réduite. Ouvert à 15h30 le mardi, jeudi et vendredi. Des manifestations spéciales sont parfois organisées le vendredi à 19h. Consultez le site Internet de la commune pour en être informés.

 

* Cette dénomination a été choisie en référence au nom « Commune de l’Ingénu » attribué à Beuzeville la Grenier pendant la Révolution de 1789. Ce mot « ingénu » avait à l’origine, en droit romain, un sens différent de celui que nous connaissons. Il désignait une personne libre, n’ayant jamais été asservie, contrairement à « affranchi », personne libre mais auparavant asservie. L’idée nous a séduits.

 

 

 

Partagez cet article :